Lycée d'Aizenay (85)

Architecte
Ouvrages

Publié le

22/09/2021
bas carbone
biosourcés
bois
paille

Changer la taille du texte

Taille du texte : A+ A-

Adhérent
NOVABUILD

CRR ECRITURES ARCHITECTURALES

MAITRE D'OEUVRE

ANGERS (49000)

Vous êtes ici

Témoignages

Parce que la transition écologique est imminente, l’accompagnement des projets, entre architecture et ingénierie, est aujourd’hui une nécessité.
Jihen JALLOULI, Docteure en Architecture, Référente Développement Durable chez CRR Ecritures Architecturales, Vice-Présidente de NOVABUILD

Les adhérents de NOVABUILD et FIBOIS Pays de la Loire ont été invités le vendredi 10 septembre 2021 a visité le chantier du Lycée d'Aizenay (85), dont la livraison est prévue à la rentrée 2022. Ce bâtiment exemplaire en conception bois-paille intégre le Panorama de la Construction durable en Pays de la Loire. A cet effet, Jihen JALLOULI, Responsable Développement Durable de CRR Ecritures Architecturales, agence architecte du projet, a accepté de répondre à nos questions.

Retour sur la visite du 10 septembre 2021

Bonjour Mme.JALLOULI, vous responsable développement durable au sein de l’agence CRR Ecritures architecturales. Pouvez-vous nous présenter votre agence et son positionnement sur votre marché ?

CRR Écritures Architecturales est une agence d’architecture et d’ingénierie. Spécialisée dans la commande publique, elle intervient sur l’ensemble du territoire national, principalement dans les secteurs de l’enseignement, la santé, le médico social, le sport, l’habitat mais aussi l’industrie et le tertiaire. CRR compte 80 collaborateurs répartis dans 4 agences à Paris, Lyon, Angers et Clermont-Ferrand.

Grâce à ses compétences multiples autour de l’architecture et son BET intégré ingénierie et innovation environnementale, elle signe des références uniques en France avec des objectifs remarquables en termes de cadre de vie et de démarche environnementale. On compte parmi elles, le lycée d’Aizenay mais aussi le Nouveau Lycée de l’agglomération Clermontoise, le collège innovant de Bethoncourt à Montbéliard ou encore le complexe sportif de Beaucouzé.

En 2020, nous occupons la 36e position des agences d’architecture françaises d’après le classement par chiffres d’affaires effectué par le magazine D’Architecture. Plus récemment, selon le magazine Séquence Bois, nous avons obtenu la 6e place des agences françaises les plus prolifiques en matière de construction bas carbone. Notre objectif est clair et nous œuvrons depuis plusieurs années en ce sens : proposer des bâtiments durables, bas carbone et résilients.

Et vous, quel est votre contribution, au sein de votre structure ?

Je suis Docteure en Architecture, Référente Développement Durable chez « CRR Ecritures Architecturales ». Inspirée par une équipe pluridisciplinaire autour du projet architectural, mon rôle est d’accompagner la démarche durable des projets de CRR. Parce que la transition écologique est imminente, l’accompagnement des projets, entre architecture et ingénierie, est aujourd’hui une nécessité.

Quels sont, selon-vous, les facteurs qui contribuent à la réussite de votre structure ?

Notre structure conçoit des bâtiments fonctionnels, humains, sobres et durables depuis plus de 30 ans. Son expérience, sa grande capacité d’écoute des maîtres d’ouvrages ainsi que le respect des délais/coûts/qualité inspirent confiance.

Je pense aussi que sa réussite tient beaucoup à la complémentarité de nos compétences et à notre capacité à porter l’innovation. Au fil des années, l’agence a intégré des compétences techniques au service du « bien construire » : ingénierie bâtiment, paysage, design d’espace, processus BIM Digitalisation, Urbanisme, pilotage de travaux, économie de la construction, contrôle technique interne, prévention, sécurité incendie…

Au sein de son bureau d’études intégré, CRR a su surtout développer une branche « bâtiment durable » dans laquelle des techniciens et ingénieurs travaillent en proximité directe et continue avec les architectes et ce dès les premières étapes du projet. Je pense notamment au collège innovant de Bethoncourt à Montbéliard Nord ou le futur collège de Toulouse Paleficat. Ces projets, pour lesquels nous sommes allés au delà de la RE2020, représentent des références d’envergure nationale voir européenne en matière de construction bas carbone.

Quelle place accordez-vous à l’innovation et à la R&D ?

Notre organisation de travail autour de l’innovation constitue une réelle valeur ajoutée dans la mesure où nous décloisonnons deux métiers (architecte/ingénieur) pour accélérer la transition vers une construction plus vertueuse, optimiser les performances thermiques, techniques et environnementales de la phase conception jusqu’à la Garantie de Parfait achèvement.

Ces dernières années, nous nous sommes engagés dans une démarche de recherche et développement pour définir des solutions techniques en interne. Grâce à une dizaine de personnes complémentaires, petit à petit, nous nous sommes perfectionnés pour viser l’excellence dans différents domaines :

  • Les matériaux biosourcés / géosourcés ;
  • La valorisation de la biodiversité et des îlots de fraîcheur, 100 % perméables et nourriciers ;
  • L’architecture bioclimatique en tandem avec le confort d’usage et la santé de l’utilisateur, et la qualité de l’air intérieur ;
  • Les énergies renouvelables ;
  • L’économie circulaire ; 
  • La sobriété énergétique ;
  • Le coût global et la durabilité des bâtiments ;
  • etc.

 

NOVABUILD a co-organisé la visite du chantier du Lycée d’Aizenay le 10 septembre 2021,  pouvez-vous nous en présenter les principales caractéristiques ?

Le lycée d’Aizenay, situé dans le bocage vendéen, est  destiné à accueillir 630 élèves à la rentrée de septembre 2022. Il s’inscrit dans une démarche exigeante de performance environnementale visant le niveau 3 du label bâtiment biosourcé, le label E3C1, et la certification HQE Bâtiment Durable.

Dans ce projet, nous avons mis l’accent sur la sobriété et le bas carbone : formes architecturales simples, des équipements techniques accessibles pour la maintenance, des matériaux biosourcés et recyclés. Nous avons également réfléchi en circuit court afin de promouvoir le savoir-faire local qui est riche en Vendée :  nous avons donc une majorité d’entreprises de proximité sur le chantier et les matériaux de construction sont locaux notamment la paille qui provient des agriculteurs du coin. Nous sommes fiers d’avoir créé cette dynamique locale autour du projet du lycée

La préservation de la biodiversité et des espaces extérieurs occupe également une place notable dans ce projet. D’un grand intérêt pédagogique et écologique, la mare des Trois Moulins, déjà présente sur le site, sera valorisée. Des nichoirs, nids et gîtes seront également installés pour les hirondelles, les martinets noirs, les chauves-souris ou les hérissons.

Caractéristiques techniques :

  • Maître d'ouvrage : La Région Pays de la Loire
  • Architecte : CRR Architecture
  • Maitre d'œuvre : BET : EGIS, AMO Paille : Collectif Paille Armoricain, AMO HQE : BEHI, BET HQE : CRR Ingénierie, BIM Manager : CRR Architecture
  • SP : 9.100 m2
  • Coût global : 21 M€ pour le lycée et 6 M€ pour le gymnase
  • Consommation d’énergie : 29 kWh ep/m2 SRT (Cep max – 50%)

 

Quelle est la particularité de ce projet ?

En 3 mots, je dirai : biodiversité, biosourcé (bas carbone), local

Pour la Biodiversité, et vu que le lycée occupe un terrain vierge, nous allons planter 60 arbres, 350 arbustes, des massifs de vivaces, des prairies naturelles et des haies bocagères reconstituées. La cour des élèves bénéficiera des plantations également afin de favoriser la biophilie. De plus, la mare des Trois Moulins, déjà présente sur le site, sera valorisée dans un intérêt pédagogique et écologique. La Ligue de Protection des Oiseaux a été associée au projet.

Pour le biosourcé, nous avons retenu les matériaux biosourcés partout où c’était pertinent. Le bois pour la structure et le bardage, la paille en isolant extérieur, le biofib (isoalnt chanvre, lin, ouate) en doublage intérieur et la peinture à base d’algues algo. Le lycée sera labellisé niveau 3 du label bâtiment biosourcé avec 90kg au m2 (au lieu de 38kg/m2 pour atteindre le niveau 3). Il bénéficie de la certification HQE Bâtiment Durable et du label E3C1.

Pour le local, plus de 50% des entreprises sont vendéennes. La paille provient des agriculteurs locaux, le biofib est produit sur le département et une belle part du bois provient de l’entreprise Piveteau. Un mur en béton armé a été expérimenté avec le ciment Hoffmann Green.

Quels ont été les principaux freins rencontrés lors de sa réalisation ? Les leviers utilisés ?

Les freins rencontrés sont surtout règlementaires car le biosourcé est sensible à l’humidité et au feu. La règlementation est très stricte pour ces matériaux.

Les leviers sont : ANTICIPATION et CONCERTATION. En phase conception et en phase chantier, cela a permis de relever assez tôt les contraintes et d’avoir le temps de les résoudre grâce à des réunions spécifiques et à la mobilisation des acteurs concernés.

Selon vous, quels ont été les plus grandes difficultés et les plus grandes réussites liées à ce projet ?

Les plus grandes difficultés ont résidé, pendant la conception, dans la mise au point des nombreux détails de construction inhérent à la mise en œuvre d'une telle structure à ossature bois et dans la gestion d'un nombre importants d'intervenants dans ce type d'opération.

Les plus grandes réussites sont d’arriver à répondre à la commande au mieux, tant en terme technique, d'usage et d'économie de projet ; et d’avoir accompli, avec l'appui et la volonté de la Maitrise d'ouvrage, à pousser un peu plus la démarche environnementale du projet dans les thématiques la biodiversité, le biosourcé et le local.

Si c’était à refaire, que changeriez-vous ?

Prendre plus de temps de conception dans la mise au point de la structure bois afin de parfaire la réponse du projet et intégrer d’autres matériaux vertueux tels que le géosourcé et le réemploi.

D’un point de vue personnel, que retirez-vous d’une expérience comme celle-ci ? 

J'ai acquis une expérience de typologie de construction supplémentaire. L'intérêt de notre métier d'Architecte réside aussi dans l'apprentissage de nouvelles dispositions constructives.

J’ai aussi la satisfaction d’avoir participé à une équipe riche, dynamique et volontaire pour la réalisation de cette opération avec de nouveaux partenaires comme la LPO ou les agriculteurs !

Vous êtes adhérente, administratrice et depuis peu vice-présidente de NOVABUILD, en quoi cette implication est importante pour vous ? 

J’aime m’engager pour mettre en œuvre mes convictions dans ma vie personnelle comme professionnelle. Faire partie de NOVABUILD, c’est appartenir au club des engagés vers la construction durable, dans les Pays de la Loire. C’est un signal fort pour l’agence CRR qui me fait confiance sur les idées que je porte.

Mes convictions tournent autour de la sobriété. Je suis convaincue qu’une belle part de la solution aux crises actuelles réside dans un retour à la simplicité dans la construction et à l’essence de nos justes besoins. NOVABUILD me permet d’exprimer ces idées, de les partager et surtout de les confronter aux autres acteurs du BTP. C’est très enrichissant pour cadrer où je vais et où l’agence CRR peut aller creuser encore et dépasser les limites… NOVABUILD permet ces expériences !

ADRESSE

Laisser un commentaire

 

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

S'abonner ici