L'isolant des conditions extrêmes | Rencontre avec Romain GRENON, SOLIEGE

fabricant
Adhérents

Publié le

28/06/2022

Changer la taille du texte

Taille du texte : A+ A-

Adhérent
NOVABUILD

SOLIEGE

Matériaux de construction

BOUGUENAIS (44340)

Vous êtes ici

Témoignages

SOLIEGE est un enduit naturel de liège développé pour répondre aux problématiques de paroi froide, de rupteurs de ponts thermiques, et d’isolation phonique et thermique pour des surfaces à formes complexes, par un procédé de projection destiné aux bateaux, aux containers détournés de leur usage initial, aux camions à aménager, aux fourgons-VAN, et à l’habitat, notamment les Tiny-House.
Romain GRENON, CEO SOILEGE

Bonjour Romain GRENON, comment allez-vous dans cette période de crise sanitaire et diplomatique, doublée d’incertitudes économiques, sans oublier la crise climatique qui s’accentue ?

Bonjour. Merci Pierre-Yves pour ce préambule un peu particulier. Je vais bien, je vous remercie. On lit tous ces indicateurs journaliers et anxiogènes sur la crise diplomatique ou économique. Néanmoins, je pense que c’est le bon moment de « sortir du bois », de continuer de travailler, et d’être force de proposition sur ce qu’on peut faire.

C'est le moment de porter des projets avec de l’innovation qui permettent d’avoir une proposition de valeur sur le marché alors que les mentalités des consommateurs ont beaucoup évolué, plutôt dans le bon sens. En cela, je trouve la période intéressante.

Pouvez-vous vous présenter, et nous communiquer vos 3 points forts personnels et professionnels ?

Ah ! Cela fait quelques années que je n’ai pas répondu à ce type de questions…

Je me présente, Romain GRENON, j’ai 46 ans, je suis père de famille et ancien marin.

Mes points forts sont l’esprit d’équipe et la cohésion, mais aussi la créativité qui est quelque chose qui est venue avec les années. Et puis, un autre de mes points forts, ce serait d’être un peu fou. Un peu car j’ai encore les pieds sur terre. Le monde devient un peu fou et si on n’a pas en soit cette folie pour pousser les barrières, on n’y arrivera pas.

Pouvez-vous nous raconter comment vous avez créé SOLIEGE ?

J’ai connu une évolution de vie professionnelle qui m'a amenée vers l’écoconstruction.

Je suis un ancien marin qui a connu la problématique du retour à la vie civil. Cela a été complexe, n’ayant pas de formation consolidée. Je me suis essayé à quelques pistes, ce qui m'a amené à comprendre que j’arrivais à me nourrir par l’empilement d’actions.

Pendant une dizaine d’années, j’ai œuvré sur plusieurs supports, jusqu’à devenir vers la trentaine directeur opérationnel d’une PME et, à la quarantaine, j’ai tenté de pivoter vers une expérience plus centrée.

Ma première expérience entrepreneuriale a été l l’upcycling de bateaux qui m’a permis de développer des compétences spécifiques. J'ai ensuite mis à profit ces compétences et les ai approfondies dans mon projet suivant, BATHÔ.  BATHÔ est un atelier de "réemploi" de Bateaux de Plaisance en fin de vie qui sont transformés en hébergement touristique de plein air.

J'ai démarré le projet SOLIEGE en 2020 à partir d'une réflexion d’usage de ce qu’on faisait dans un souci d’amélioration des produits BATHÔ. 

SOLIEGE est un enduit naturel de liège développé pour répondre aux problématiques de paroi froide, de rupteurs de ponts thermiques, et d’isolation phonique et thermique pour des surfaces à formes complexes, par un procédé de projection destiné aux bateaux, aux containers détournés de leur usage initial, aux camions à aménager, aux fourgons-VAN, et à l’habitat, notamment les Tiny-House.

Pouvez-vous présenter SOLIEGE ?

SOLIEGE a 15 mois d’existence. C'est une petite structure, avec près de 400 k€ de chiffre d'affaires et des objectifs de structuration en fin 2022-2023.

Ce projet est arrivé à la sortie de la crise COVID du constat de la transformation des usages de l'habitat. Les conteneurs maritimes, les bateaux, et les fourgons-Van connaissent de nouveaux usages. Ces produits sont en phase avec une vision libertaire de l’habitat à laquelle je souhaite contribuer.

J’ai positionné SOLIEGE comme un produit d’amélioration de ces micro-habitats, en leur offrant des performances thermiques avec un matériau de réemploi qui correspond bien à l'idée que l'on se fait de ce type d'habitat.

Quel est votre rôle, votre contribution au sein de SOLIEGE ?

Comme j'en suis la seule force de production, je suis un peu la bête de trait !

Je suis l’homme-orchestre, avec tous les instruments qui vont bien, de la stratégie et du développement, aux soucis du quotidien.

Quelle sont les cibles ou les marchés de SOLIEGE ?

Le premier marché est celui du nomadisme, avec les Tiny housse, les VAN, et les fourgons.

Le 2e marché est celui de conteneur maritime réemployé. On commence à voir venir des choses très intéressantes, des entreprises qui se spécialisent sur des projets passionnants pour leur offrir des nouveaux usages.

Et enfin, le nautisme de première monte, ou en rénovation. Chaque bateau ALUBAT est équipé en SOLIEGE.

Quel est le point fort de votre SOLIEGE ?

Le point fort, c’est le matériau.

J’ai décidé de sourcer la matière première dans des chutes de production de bouchonnage dans la région de Bordeaux et des Landes. Cela me différencie d’une provenance en neuf depuis l’Espagne ou le Portugal. SOLIEGE, c’est une approche  d’économie circulaire.

Nos produits sont fabriqués en Pays de la Loire.

SOLIEGE a obtenu la certification "Zone Verte" auprès d’EXCELL.  EXCELL est un laboratoire en agroalimentaire et chimie des matériaux qui assure l’expertise des grands crus de vin du bordelais. Cette certification permet de bénéficier de tests de vieillissement qui donnent des garanties que nous sommes sans aucun biocide, fongicide, ni COV.

Quelles sont les 2-3 réalisations dont vous êtes le plus fier ces 5 dernières années ?

J’adore les détournements. On a fait pour un industriel du cognac, un « chaix flottant » en isolant une péniche sur la Seine. Il avait une exigence technique car ses produits devaient tous être estampillés EXCELL. C’est une belle réalisation.

Sur la partie VAN, j'ai réussi à référencer le produit chez une trentaine de distributeurs dont Nature et Développement.

Et enfin, il y a SPRUEHKORK qui a pris la licence en Allemagne et ADS DISTRIBUTION à Sydney, ce qui me donne 2 leviers de développement à l’export

Quelle place accordez-vous à l’innovation et à la R&D ?

La R&D et les nouveaux produits sont assurés conjointement avec un industriel nantais. Nous avons mis au point une déclinaison de produits avec SOLIEGE MAX, qui se différencie de nos produits standards par son épaisseur.

SOLIEGE MAX vient du constat que le garage est la pièce en jachère des maisons individuelles, sur laquelle les gens rognent leurs budgets, notamment pour atténuer le froid.

SOLIEGE Max répond de façon économique à une solution "stop paroi froides" sans infrastructures lourdes, et en "do it your self".

Votre structure intègre-t-elle une démarche d’atténuation, d’adaptation, de transformation, face aux dérèglements climatiques ?

Objectivement, aujourd’hui la problématique du changement climatique est à intégrer tous les niveaux. SOLIEGE y contribue à sa façon avec les choix que nous avons fait. La question que je me pose pour l’avenir est celle de la pérennité dans le temps de chêneraies-liège en Europe.

Pourriez-vous nous faire part d’engagements que vous avez pris personnellement, ou en tant que dirigeant d’entreprise, en lien avec les questions climatiques ?

Je ne l’ai peut-être pas pensé comme ça en créant SOLIEGE, mais je voulais un produit ayant l’impact environnemental le plus faible possible. Je voulais que ce soit un produit sec et simple.

A titre personnel, en ce qui concerne les engagements, je suis plutôt sensible à l’actualité en Ukraine. En répondant  àdes actions de solidarité via  une association qui s’appelle "les joyeux petit souliers".

Quelle vision portez-vous sur l’avenir du bâtiment, de la ville, des aménagements ? Quelles tendances voyez-vous émerger ?

La chose qui m’interpelle le plus, c’est l’inertie qui est toujours présente. Je ne comprends pas pourquoi cela ne va pas plus vite. Cela fait des années que l’on parle des bâtiments qui déphasent, de la végétalisation, des matériaux biosourcés, et on continue de voir des immeubles qui ressemblent comme 2 gouttes d’eau à ceux qui les ont précédés.

Il faudrait plus aider les jeunes qui feront des bâtiments en phase avec le dérèglement climatique. Ce qui serait génial, ce serait de faire la synthèse de toutes les belles initiatives qui existent.

Une question maintenant sur votre territoire. Quel est votre port d’attache ? Est-ce que vous pouvez décrire votre relation à ce territoire ? Ce qu’il vous apporte ? Ce que vous lui apportez ?

Je suis un "petit gars" du sud Loire, ayant grandi au sud de Nantes, entre la Loire et le vignoble.

J’habite 20 mètres en face du port de Trentemoult (Rezé-44). C’est mon port d’attache depuis de nombreuses décennies.

Quand je fais quelque chose, je sollicite un écosystème de l’ordre du kilomètre autour de moi.. Car beaucoup  de richesses sont à portée de main.

J’aime bien l’exemple des kibboutzim industry en Israël. Ils ont su développer des autonomies incroyables, agricole, hight tech, en s'appuyant sur les compétences qu'ils avaient en eux-mêmes et en développant des actions avec leurs voisins les plus proches.

Auprès de qui ou de quoi allez-vous puisez votre énergie quand vous en avez besoin (familier, ami, musicien, artiste, romancier, ville, lieu secret, etc.) ?

La famille, un bon CD de Dizzy Gillespie, un bon verre, et après tout va mieux.

Et le pas-de-côté que vous n’avez pas encore fait que vous aimeriez faire ?

Traverser l’Afrique.

Vous êtes membre de NOVABUILD, quels bénéfices en retirez-vous, en attendez-vous ?

Il y a à NOVABUILD un incroyable niveau de compétences. Dans ma position, quand je parlais de sortir du bois tout à l’heure, je pensais à NOVABUILD qui est une association qui porte l’envie de faire autrement, et de faire mieux.

SOLIEGE est peut-être un peu décalé par rapport à cet ensemble, mais je suis sûr qu’il y a chez vous des connexions qui seront utiles à nos projets.

Pouvez-vous raconter une belle rencontre que vous avez faite avec NOVABUILD ?

Je pense à un rendez-vous concernant les nouveaux usages, et re-traitement des déchets  avec Rodrigue GOULARD. C’est Rodrigue qui m’a parlé de vous. Il m’a donné envie de vous rejoindre.

Je vous remercie d’avoir bien voulu répondre à nos questions.

 

Propos recueillis par Pierre-Yves LEGRAND, directeur de Novabuild, le 31 mai 2022.

ADRESSE

Laisser un commentaire

 

Newsletter

Tenez-vous au courant de nos dernières actualités !

S'abonner ici